• Suivez le Festival de Gérardmer !
ACTUALITES du Festival

1997… Ken le diable

Il y a vingt ans, le jury 1997 du festival était présidé par un personnage singulier, une personnalité bouillonnante porteuse d’un cinéma éruptif et iconoclaste irrigué par le rock’nroll et le psychédélisme de la contre-culture des années 70.

À la fin des années 50, après une première vie trépidante pleine d’aventures maritimes et de folles expériences artistiques, Ken Russel pose enfin ses valises sur les plateaux de la BBC où il fait ses premières armes de réalisateur professionnel. Créateur dans l’âme et passionné d’art, il se spécialise rapidement dans la mise en scène de biopics d’artistes au parcours singulier (Isadora Duncan, Richard Strauss…) et impose déjà un style inconfortable et flamboyant qu’il paufinera en passant au long-métrage. Après quelques bluettes qu’on s’empressera de ne pas retenir, il passe à la vitesse supérieur en livrant en deux décennies des films, marqueurs de leur époque sans concession et furieusement étranges. S’il fallait en retenir un carré d’as, on pense avant tout au cultissime, hystérique, transgressif et blasphématoire Les Diables (1971), vient ensuite l’étrange voyage extralucide d’Au-delà du réel (1980) puis le sulfureux Les jours et les nuits de China Blue (1984) et enfin le littéraire et vénéneux Gothic (1986). Avec de tels métrages au compteur, Ken Russel, décédé en 2011, méritait amplement qu’on lui jette un œil attentif dans le rétroviseur…