Dans les pas de Jean-Claude Servais

Exposition bande dessinée

Villa Monplaisir (entrée gratuite)
Du jeudi 31 janvier au dimanche 3 février (10h-19h, 17h le dimanche)
Vernissage vendredi 1er février à 16h30 en présence de l’auteur

Dessinateur réaliste et sensible, amoureux de la nature, Jean-Claude Servais est un merveilleux conteur. Ses premières planches voient le jour en 1975 dans Le Journal de Spirou. En 1977, il se tourne vers l’hebdomadaire Tintin pour lequel il signe une série de récits authentiques. Épurant son graphisme, il s’attaque en 1980 à un cycle d’histoires courtes sur le thème de la magie qui seront reprises dans l’album La Tchalette en 1982. Toujours pour Tintin, il crée en 1983 Isabelle, avant que le mensuel À suivre ne lui ouvre ses pages pour des récits régionalistes : Tendre Violette, puis Les Saisons de la vie et Les Voyages clos. Après quelques histoires complètes (Iriacynthe, L’Almanach, La Petite Reine ou Pour l’amour de Guenièvre), il s’attaque en 1992 aux deux volets de Lova, l’histoire d’une fillette élevée par les loups. Il y reviendra en 1998 avec Fanchon. En 2001-2002, il signe Déesse blanche, Déesse noire, récit féerique reliant deux êtres proches aux destinées opposées. En 2003, Servais sort le quatrième volet de Tendre Violette, Lucye, puis en 2005, les deux tomes de L’Assassin qui parle aux oiseaux. En octobre 2006 paraît le premier tome des Enfants de la citadelle, puis sa suite en 2007. En 2009-2010, Servais se lance dans la réalisation d’une œuvre majeure : Orval (évoquant l’abbaye d’Orval) avant de faire paraître, en 2012 et 2013, les deux tomes de Godefroid de Bouillon, puis d’initier en 2014 Les Chemins de Compostelle, une quête aventureuse menée par quatre personnages aux parcours croisés. En 2018, sort Le Chalet bleu, récit initiatique rythmé par les âges de la vie et les saisons.

Deux albums seront mis en valeur lors de l’exposition

Le Chalet bleu
La petite Alice n’a que faire des imprécations religieuses de sa famille, de leurs ambitions sociales et de leur quotidien triste à mourir. Depuis l’enfance, elle est bercée par les contes écrits par son grand-père et sait ce qu’elle souhaite par-dessus tout : vivre dans la Vallée aux Loups.

Déesse noire, Déesse blanche
Le même jour, dans le même hôpital, Maud et Vanessa naissent prématurées. La même nuit, sur la couveuse de l’une se penche un lutin, sur la couveuse de l’autre un troll. Dès lors, la destinée des deux fillettes est scellée. Pour le meilleur et pour le pire.

PARTENAIRES

Une réalisation Le Public Système Cinéma